La fracture numérique est une maladie Web 2.0

Publié le 9 décembre 2005 | par Jean-François Ruiz

5

Commençons par essayer de définir ce qu´est la " fracture numérique ".

Pour moi il s´agit d´un état de communication numérique limité (ou inexistant). D´un point de vue des communications via Internet, il existe 2 niveaux de fractures numériques. J´appellerai " fracture numérique totale ", l´absence de possibilité de connexion Internet à partir d´un ordinateur personnel. La " fracture numérique partielle " serait alors la possibilité de se connecter à Internet via un modem RTC (bas débit). Pour éviter " cette maladie ", il faut donc bénéficier d´une connexion Internet appelé " Haut Débit " par les marketeurs des fournisseurs d´accès Internet. Je pense que le minimum nécessaire pour profiter du Web 2.0 à domicile est une connexion Internet permanente à 512k en download et à 128k en upload. L´accès favoris des accros à l´Internet est sùrement l´offre de dégroupage total de Free qui permet les meilleurs débits de connexion en France.

Cependant pour bénéficier de ces offres haut de gammes, faut-il encore habiter dans une zone couverte par le dégroupage. Très souvent la " fracture numérique " est associée à l´emplacement géographique de son domicile. Si quelqu´un habite dans une zone en fracture numérique partielle, il n´as que deux choix pour remédier à la situation : déménager ou attendre qu´un opérateur vienne fournir un service d´accès " haut débit " dans la zone.

La fracture numérique est une maladie Web 2.0 à mon sens car elle empêche l´accès aux applications en ligne. En fracture numérique, plus de messagerie instantanée, plus de radio et de télé Internet, plus d´appel gratuit en VoIP, plus de dimension communautaire à la connexion sur Internet. Donc en fracture numérique le Web 2.0 parait bien inaccessible à cause d´une déficience de connectivité (une maladie numérique ;)).

En prenant un peu de recul, je pense que l´on peut dire que les technologies de communications via Internet agissent comme un catalyseur du développement du Web 2.0. S´il explose aujourd´hui c´est qu´il y a de plus en plus de monde qui dispose d´une connexion haut débit dans le monde. En France nous sommes aujourd´hui 9 millions d´abonnés au " haut débit " comme le souligne M. Paul Champseur (président de l´Arcep) alors qu´il n´y avait que 100 000 " happy few " en 2000.

Dans un futur pas si lointain, la fracture numérique sera bien réduite car les connexions Internet mobile haut débit auront envahies les ondes de nos villes et que les terminaux portables intelligent nous permettront de garder le contact avec nos outils communautaires pour un prix accessible au " grand public ".

Ces derniers temps j´estime être en fracture numérique partielle à domicile car je viens de déménager. C´est d´ailleurs un peu pour cela que je peste contre la fracture dont je suis victime actuellement. Mon docteur s´appelle Free et j´espère qu´il traitera rapidement mon cas pour que je puisse redonner suffisamment de connectivité à mon esprit afin de partager à nouveau mes aventures Web 2.0 sur ce blog. Heureusement, comme je viens d´intégrer l´équipe du Skill Center NSBI (New Services and Business Intelligence) de Cap Gemini Telecom et Média à Paris La Défense, je dispose donc d´un accès Internet pour publier mes réflexions nocturnes. Donc un peu de patience, je reviendrai sur l´actualité Web 2.0 " en live " très prochainement.

Tags:



5 Responses to La fracture numérique est une maladie Web 2.0

  1. nellooo says:

    Les infos sont intéressantes mais le style est un peu lourd et vous faites qqs fautes de grammaire. (ben quoi ?)
    Non mais … sinon … bravo ; très pro quand-même, ce blog.

  2. Bib' says:

    héhé… dur dur pour toi !
    heureusement que t’as une connexion au boulot !

    Bib’

  3. Merci Nellooo. Si tu veux devenir mon correcteur grammatical, pas de soucis.

    Si le style est lourd ben j’y peux pas grand chose car c’est MON style 😉

  4. Pingback: blogmemes.net/fr/

  5. Pingback: JF Ruiz : Révolution Web 2.0 en Live !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?

Retour en Haut ↑