Interview de Michael Bechler : Webagoo & 11 ans de travaux à l’industrialisation de la création d’une présence web pour les TPE

Publié le 21 septembre 2011 | par Jean-François Ruiz

2


Bonjour Mickael,
Pourrais-tu te présenter en quelques lignes ?

michael-bechlerMichael Bechler, j’ai 38 ans (eh oui), je suis graphiste de vocation, directeur artistique, et par la force des choses, devenu chef d’entreprise… J’ai créé une agence pour aider les TPE à promouvoir leurs compétences à une époque où on croyait que ce n’était réservé qu’aux entreprises capables de débloquer un "budget com". Pour y parvenir, il nous a fallu créer une méthode et des outils "d’industrialisation" de tout ce qui fait la visibilité d’une entreprise, quelqu’en soit sa taille.

Qu’est ce que webagoo ?

Webagoo est l’éco-système qui intègre toutes les problématiques de la TPE-PME désireuse d’utiliser un maximum de canaux Internet pour promouvoir ses activités. Et pour qu’un artisan le fasse correctement, il faut lui donner quelque chose de simple, dans lequel tout est inclus, évolutif et efficace rapidement. Mais il a aussi besoin d’être accompagné par des pros du web, ce qui nécessite que les outils intègrent les besoins des webmasters, webdesigners, référenceurs, community managers, etc…

webagoo

En fait, on a d’abord créé tout ça pour nous, pièce par pièce, en observant nos clients finaux, mais en analysant également nos réticences internes. Nous avons voulu simplifier toutes les opérations rébarbatives, redondantes et sans valeurs ajoutées, pour qu’à tarif plus bas (adapté à la TPE), nous puissions quand même offrir des prestations de qualité, pour des résultats mesurables.

L’éco-système inclus maintenant toutes les pièces d’un immense puzzle: un cms, un réseau de portails géographiques, un réseau de portails métiers, des applications mobiles, une marketplace, des connexions aux outils sociaux, une webtv dédiée à la TPE et à ceux qui souhaitent toucher cette cible, un réseaux de pros du web labellisés…

webagoo-store

Ca fait +10 ans que tu travailles au service de la présence en ligne des PME / TPE. Ou en est-on aujourd’hui ?

En 2000, quand je commençais à proposer du site web aux artisans locaux, j’était pris pour un extra-terrestre. "Le web c’est pour ceux qui veulent être vus à l’autre bout du monde, moi je veux des clients de proximité", me disait-on régulièrement. A force d’écoute, de persévérance (pour pas dire entêtement), nous avons imaginé toutes les pièces d’un puzzle à la fois complexe à mettre en oeuvre avec peu de moyens, et logique une fois chaque élément placé au bon endroit.

Il nous aura finalement fallu autant de temps pour créer cette mécanique que notre cible en a eu à s’intéresser au web. Je pense que nous avons eu beaucoup de chance de faire coïncider l’offre et la demande, sortir tout ça trop tôt aurait été délicat, aussi bien technologiquement qu’au niveau du marché lui-même.

Nous sortons dans les prochains jours, le dernier élément de cet éco-système, avec pour ambition d’offrir à tous une présence sur le web, tout en veillant à ne pas empiéter sur le travail des pros du web mais en leur offrant les outils adaptés pour conquérir cette cible.

Comment as-tu fait pour réussir a percer sur le marché local réputé si difficile ?
L’écoute et la présence terrain. Nous n’avons jamais mis sur papier un cahier des charges précis de ce que nous pensions devoir développer, nous avons observer nos utilisateurs, écouté nos distributeurs quotidiennement en contact avec des artisans. Nous avons également beaucoup lorgné du côté de l’expérience utilisateur des produits Apple, et ce jusque dans le modèle économique.

J’ai eu la chance de travailler auprès des artisans, dans une vie antérieure, j’ai rencontré des partenaires dont c’était également la cible, et qui nous ont aidé à la comprendre sous divers angles, pas seulement en rapport avec notre métier, mais dans le domaine de la gestion, de la rentabilité, de l’organisation.

C’est surement cette vision à 360° des problématiques des TPE qui nous a aidé à imaginer tout ce qui tourne autour de Webagoo. Et puis nos distributeurs, sont bien souvent, eux aussi, des TPE, la boucle est bouclée.

Vous avez annoncé que vous souhaitiez allez en bourse. Comment en êtes vous arrivé la ? Qu’en attendez-vous ?
En 2010, nous avons lancé notre première augmentation de capital, ce qui nous a obligé à rencontrer de nombreuses personnes, des fonds, d’investissements, des business angels, des institutions régionales, etc… Nous n’avions à l’époque qu’une partie du puzzle et tout le monde n’y voyait qu’un CMS de plus (ce qui n’était pas fondamentalement faux, quoique). Nous avons néanmoins réussi à lever 324.000 euros en 2 tours de table.

Notre business plan est passé entre de nombreuses mains, et le fait que nous ayons réussi à lever des fonds, nous a permis, peu à peu de rencontrer des personnes bien placées, souvent difficiles à toucher naturellement. Le fait de montrer aussi l’évolution cohérente de notre business model à éveillé la curiosité des plus sceptiques; ajouter à cela l’intérêt grandissant pour la TPE et le fait que nous clamons haut et fort depuis de nombreuses années qu’un jour la TPE se réveillera, il semblait logique que nous devions envisager des leviers financiers adéquats pour une montée en puissance rapide.

La bourse fait partie des pistes en cours d’évaluation, m&ec
irc;me si l’actualité de ces dernières semaines a remis la cotation à plus tard. Nous envisageons une nouvelle levée de fonds avant une cotation sur le marché libre reportée à courant 2012. Nous ne manquerons pas de vous donner des nouvelles au moment opportun. Les prochaines semaines vont être intenses en nouvelles, croyez-moi 😉

Quelles sont les prochaines étapes de l’aventure ?
Nous souhaitons faire une offre à Mme Bettencourt pour son île inhabitée, un peu de calme nous fera le plus grand bien, encore faut-il du haut-débit, si Jean-Michel Billaut pouvait se mobiliser 😉

Non, en fait, il nous faut encore structurer davantage nos équipes pour la montée en puissance, consolider la commercialisation et entreprendre une communication de fond à destination de la TPE, mais aussi de partenaires WebagooStore et distributeurs labellisés.

On a encore pas mal de boulot, le seuil de rentabilité étant assez proche, il nous faut maintenant enfoncer le clou pour être un réflexe auprès de la TPE. Le marché intéresse de plus en plus de gros acteurs, il nous faut donc montrer rapidement de quel bois on se chauffe.

Et puis, la TPE est presque prête, il ne faut pas la faire attendre, c’est juste 2 millions d’entreprises… en France. La version anglaise est prête, la mise en place au Canada est dans les starting-blocks, bref, y’a plus qu’à, comme on dit, et tout ça demande des moyens.

Vous serez présent au W2C11 en tant que partenaire. Qu’allez-vous apporter a la dynamique de l’évènement et au web de demain par extension ? Que venez-vous y chercher ?

J’étais spectateur du Web2connect en 2009 (déjà !) et j’ai trouvé les échanges forts intéressant, j’ai appris plein de choses, rencontré plein de monde, gardé pas mal de contacts…

Je m’étais dit, que le moment venus, ce serait intéressant de partager nos "découvertes" à ce public avertis, même si c’est un peu angoissant de passer sur le grill de professionnels habitués à disséquer les plus belles idées.

Il nous faudra aussi convaincre que nous ne sommes pas là pour piquer du boulot à tous ces indépendants et petites agences qui essayent, eux aussi de gagner leur vie en accompagnant petits et grands.

Ce sera d’ailleurs l’objet de notre présentation, pourquoi on a créé tout ça et en quoi notre méthode peut faire du bien au plus grand nombre (rien que ça ;-)).

Webagoo, c’est bon pour la planète (recyclage de templates), pour les TPE et pour les pros du web… et pour nous, bien sùr ! Ca peut paraître prétentieux, mais avec un slogan comme "Prenez le contrôle du web", il faut avoir le courage de ses ambitions.

Nous allons surement nous confronter aux aficionados de l’Open Source, en présentant une alternative "AppleFriendly" au déploiement du web dans les Très Petites Entreprises, avec comme objectif de juste présenter le résultat de 11 ans d’observation, et surement les mêmes réflexions et interrogations que nombre de ceux qui viendront à cet évènement. Donc, impatient et fébrile à la fois !

Bravo pour ton courage et merci pour ta contribution à révolutionner le web des TPE Clignement d'oeil

Tags: ,



2 Responses to Interview de Michael Bechler : Webagoo & 11 ans de travaux à l’industrialisation de la création d’une présence web pour les TPE

  1. Claude says:

    Bonjour, interview très intéressant et je souhaite un très bonne évolution à cette entreprise. Cependant, j’ai beaucoup de mal à voir une différence avec des CMS différents comme Joomla par exemple. Le but est de simplifier la vie à une TPE/PME qui souhaite investir dans le web mais quelle est la différence entre l’offre de Webagoo et une agence web qui installe un CMS comme Joomla, Prestashop, Magento et d’autres ?

  2. Bonjour Claude, cette question est souvent posée en effet, et je dois t’avouer qu’en 11 ans on s’est souvent posé la question d’utiliser des cms existants avant d’investir plusieurs centaines de milliers d’euros en R&D pour créer Webagoo.

    La première réponse à l’industrialisation c’est que toutes les opérations d’installations, de paramétrage, d’optimisation techniques, de mises à jours et d’évolutions avec le web, sont réduites à un simple clic avec Webagoo. Des heures de gagnées pour les meilleurs webmasters, des journées pour ceux pour qui ces tâches sont rébarbatives.

    Ensuite, un site en Joomla est seul, un Webagoo fait parti de « l’éco-système », lui permettant de diffuser à travers 38.000 portails géographiques, des portails métiers, des appris iPhone, etc… sans oublier les facebook et autres Twitter.

    Enfin, et c’est là un élément souvent négligé, pour nous, la clé de la réussite d’une petite entreprise sur le web passe par son autonomie… donnez-lui un outil « d’informaticien » et elle laissera vite tomber, ou bien passera son temps a appeler le support (c’est-à-dire vous !).

    Bref, je ne dis pas que Webagoo est mieux que tel ou tel autre cms, parce que ce n’est pas qu’un cms, c’est tout un univers de promotion de la TPE-PME sur la Toile, la partie cms n’étant qu’un des éléments. Et puis, connais-tu beaucoup de cms capable de générer un site avec tous les modules utiles, depuis un devis ? Webagoo le fait…

    Maintenant, si tu es trop impatient pour découvrir tout ça avant le W2C11, je t’invite à t’inscrire à une présentation gratuite (il y en a une par jour) sur webagoo.fr

    A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?

Retour en Haut ↑