Dîner au Ministère avec Valérie Pécresse

Publié le 6 décembre 2007 | par Jean-François Ruiz

16

Hier soir, nous avons été invité à participer à un dîner au ministère de l´Enseignement Supérieur et de la Recherche par Madame la Ministre Valérie Pécresse et son équipe. Ce dîner avait pour but d´échanger autour des nouvelles technologies avec quelques blogueurs " connus " de la sphère technophile française (14 pour être exact).

Ce fut donc autour d´une table bien animée que, de manière informelle, nous avons pu discuter de l´Internet en France et des nouvelles technologies. Valérie Pécresse, après avoir exposer rapidement ses experiences politiques autour de l´Internet, nous a invité à nous exprimer sur un certain nombre de sujets.

Taux d´équipement des ménages en France

Il n’est aujourd´hui que de 47% en France. Nous nous sommes posé la question de savoir si l’accès à l´équipement était dù à un problème financier. Nous pensons (Sébastien et moi) qu´il ne s´agit pas forcément de cela mais plutôt de la perception de l´intérêt d’Internet dans un foyer. La ministre nous raconte une anecdote : lors d´une visite dans un collège où elle a demandé aux jeunes à quoi Internet leur sert, ils lui ont répondu " Ben, à jouer le week end !". A cela, j´ai ajouté que les jeunes ont aussi très bien perçu l´utilité d´Internet comme outil de communication communautaire notamment avec le logiciel de messagerie instantanée (MSN, Skype..). Elle a nous raconté également le problème législatif que rencontrent les entreprises et les universités à se débarrasser de leurs matériels amortis sans pouvoir le donner aux élèves/étudiants qui voudraient bien le récupérer. Elle souhaite lever cette contrainte afin d’encourager l’accès à Internet.

L’approche d’Internet :  un problème générationnel.

Nous avons également parler des problèmes liés l’accélération à l’appropriation des nouvelles technologies. Les parents d´aujourd´hui sont très souvent dépassé par l´utilisation de ces nouveaux outils par leurs enfants. Ils n´ont pas forcément la connaissance nécessaire pour pouvoir mieux orienter/contrôler l’utilisation des nouvelles technologies par leurs enfants.

L’Internet d’après c’est quoi ?
Valérie Pécresse nous a posé quelques questions sur ce que serait pour nous le " net 3.0 " Un consensus presque immédiat et unanime s´est fait autour du mobile et de l´accès nomade à Internet. Certains voyent le mobile comme un point d´entrée sur le Web qui pourrait se substituer au PC et d´autres le voyant plutôt comme une extension permettant de réduire la fracture numérique en situation nomade (+1 pour nous) 😉

Internet, vie privée et identité numérique.

Elle nous a également demandé si nous n´avions pas peur pour notre " vie privée " sur Internet. Nous lui avons expliqué que nous avions conscience de notre " identité numérique " sur Internet. Nous avons longuement parler de l´importance de surveiller (voire maîtriser) ce que l´on trouve sur nous dès lors qu´on tape notre nom dans un moteur de recherche. A ce sujet, elle nous disait qu´il serait intéressant d´avoir un " droit à l´oubli " sur Internet pour des choses faites par le passé mais elle a bien conscience de la difficulté de la mise en place de cela à cause des sauvegardes que font les moteurs de recherche, des informations qu´ils indexent. Pour madame Pécresse, l´identité numérique serait presque " d´utilité publique " et elle se demandait s´il n´y avait pas des choses à faire de ce côté-là. Nous avons également fait la distinction entre " données personnelles " (les mails, documents, photos privées) et identité numérique (les traces publiques que l´on laisse partout sur le web) pour en arriver à parler de l´hégémonie de Google sur ces fameuses données.

Universités & Entreprises

Nous avons également parler rapidement de l’intervention possible des entreprises au sein des universités. Sébastien et moi sommes convaincus qu’il s’agit d’une chose intéressante à faire pour dynamiser les universités française. En les liant de plus prêt à un réel contexte économique, on réduit les frontières entre le monde universitaire et le monde professionnel. J’ai pu également témoigner lors de ce dîner de ce modèle mixte puisqu’il est celui qu’à adopter l’école d’ingénieur que nous avons faîtes avec Sébastien. En effet l’ESISAR est une école publique dont une partie des coùts et salaires des intervenants sont soutenus par une structure privée en lien avec les entreprises. Ce partenariat débouche sur la réalisation d’un projet industriel de 6 mois par équipe de 3 où les étudiants réalisent un projet complet (du cahier des charges, à la recette technique) pour le compte d’ entreprises. Ces projets sont hyper-formateur pour les étudiants et aident le développement économique des entreprises tout en augmentant la maturité et l’employabilité des élèves-ingénieurs. Le but n’est pas de préparer un étudiant à un job spécifique dans une entreprise. Tout comme l’école lui fournit un bagage large de connaissances pour démarrer sa vie, l’expérience de l’entreprise doit lui fournir un bagage large de compétences. Ainsi l’étudiant avec un bagage dans chaque main est prêt à entrer dans la vie active ce qui lui permettrait de réduire le temps qui s’écoule entre le début de son contrat et le début de sa réelle efficacité dans l’entreprise.

Déclarations des revenus pour les blogueurs

Enfin Eric de Presse-Citron a réussi à placer l´épineux problème qui concernent la majorité des blogueurs et autres éditeurs de sites qui tirent des revenus de leurs activités d´éditeurs sur Internet et qui ne savent pas comment les déclarer (voir la vidéo à la fin de l´article).

Au final, une rencontre très sympathique avec la Ministre, son équipe et les blogueurs. Nous ne nous attendions pas évidemment à ce que cette rencontre " change le monde ". Cependant, il s´agit d´une expérience intéressante, en espérant qu´il y aura des suites a cela. En tout cas, nous avons été encouragés à faire remonter l´infor
mation qui nous semble pertinente au-delà de cette simple prise de contact.
Pour terminer la soirée, nous sommes allés prendre un verre avec la majorité des blogueurs afin de continuer à discuter et de profiter du rassemblement de passionnés que nous somme 😉

Voici quelques photos/vidéos de ce dîner.

Vous pourrez trouver d’autres retours sur l’évènement chez Romain Colin, Sébastien Billard, Manuel Dorne, Frédéric Cozic, Richard Malterre, Eric Dupin, Gilles Klein

Tags:



16 Responses to Dîner au Ministère avec Valérie Pécresse

  1. Antoine says:

    merci pour la video et les photos !
    (ca me fait rire de savoir que tout le monde touchait a son portable pendant le repas ^^)

  2. Hamtaro says:

    Merci pour le résumé.
    La vidéo était très intéressante, Eric a soulevé un problème, comment faire lorsqu’on génère un revenu avec son blog..
    Dommage que la réponse n’était pas dedans…

    Tcho, Hamtaro.

  3. Cedric says:

    Commentaire inutile (désolé 🙂 : c’est marrant parce qu’avec ce diner et tous vos compte-rendus ca ressemble à une chaine comme il y a en eu l’an dernier. Finalement c’est un bon moyen de créer du lien ce genre de diner 🙂

  4. Korben says:

    Amusant cette vidéo 🙂

  5. Non non moi je touchais pas mon portable je devais etre le seul à avoir un téléphone qui soit uniquement un téléphone 😀

  6. Richard says:

    Je confirme les propos de Sebastien je ne l’ai pas vu jouer avec son téléphone… lui.

  7. Nathalie says:

    Combien de filles parmi les 14 blogueurs ? ))

  8. Pingback: FredCavazza.net » Des blogueurs invités au Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

  9. Antoine says:

    @richard et sebastien : seb devait bien être le seul alors ^^
    et apres on dis que les blogueurs ne sont pas tous geek… lol

  10. FmR says:

    Pas beaucoup de blogueuses invitées… est-ce que la question épineuse de la parité chez les blogueurs influents a été évoquée ?

  11. Eric says:

    Moi non plus je n’ai pas touché mon portable, c’est exceptionnel (mais je me suis rattrapé après :-))

  12. Pingback: Geekement Correct » Archive du blog » Emission du 12/12/2007

  13. Merci pour ce compte rendu

    Le partage des informations et la générosité sont des qualités que l’on retrouve dans cette fabuleuse aventure qu’est internet

    Merci à vous

    Thierry

  14. Bertrand says:

    Le problème des revenus sur Internet n’existe pas ! La solution existe depuis longtemps : LE PORTAGE SALARIAL… Il existe même des boites spécialisée comme Webportage qui ne s’occupe que de Webmasters !!!!

  15. Le portage salarial très bien mais quand on compte 50 % de charges sociales , plus le % de la boite de portage soit entre 5 et 10 % , plus l’impot sur le revenu et bien il reste combien sur 100 ?

    On fait le calcul

    100 euros
    – 50 euros charges sociales
    – 7.5 euros % pour la boite de portage pour son travail
    – les impots sur le revenu selon sa tranche

    = il reste pas grand chose entre 25 à 30 euros et il faudra encore enlever les frais de serveur , nom de domaine ….

    Les startups qui réussisent sont soit très novatrice et elles explosent ou pas rapidement avec l’aide d’investisseur mais pour toutes les autres c’est la galere et je ne compte pas les entrepreneurs du web qui ont déménager pour monter leur boite ailleur y compris dans le secteur du fitness bien être qui est mon secteur

    Bref il faudrait vraiment arriver à arriver un consensus pour ceux qui gagnent un peu d’argent avec leur site internet et un statut fiscal interessant pour les ca de moins de 5000 euros par mois

    Il ne faudrait pas payer plus de 25 % de charge et impot en tout afin de pouvoir réinvestir argent très rapidement alors que la il reste rien

    Pour ma part j’ai un boulot à coté donc très bien mais les autres ils peuvent rien faire

    Voila mon point de vue

  16. Bertrand says:

    Thierry, tu me fais bien rigoler en tout cas ! Tu est gentillement en train de nous expliquer qu’une boite ne devrait pas a avoir à payer autant de charge sur un salarié !

    Qu’il s’agisse de revenus sur le Web ou de poissonnerie le problème est exactement le même ! De quel droit un activité commerciale qu’elle soit sur le web ou pas, pourrait payer moins cher ?

    Juste pour revenir au portage, il ne faut pas compter plus de 50% de charges (sociales+portage). C’est une valeur que connaisse tous les employeurs français, il faut doubler… Que tu sois à ton compte, salarié ou porté, ca reviens toujours à peu prés au même + ou – les ennuis avec…

    Je peux t’assurer que je connais beaucoup de webmasters indépendants qui sont très très content de payer 50% de charges : Ils gagnent bien leur vie et valorise leur pays en payant des charges et des impôts… et surtout en déclarant leurs revenus ils dorment très bien sans se demander quand ils vont se faire coincer par le fisc ;-(

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?

Retour en Haut ↑