VIADUC rend-t-il son réseau inaccessible aux nouveaux arrivants ?

Publié le 29 juin 2006 | par Jean-François Ruiz

15

Je n’ai pas encore beaucoup parlé de VIADUC jusqu’à présent car je ne suis pas du tout en accord avec leur politique commerciale.

Voici un mail que je viens de recevoir :

Offre spéciale INPG : 3 mois d’abonnement offerts

Chaque jour, 3000 membres activent leur réseau d’anciens sur Viaduc, générant 150.000 mises en relation par mois.

Et vous, Qu’attendez-vous ?

Retrouvez en toute liberté vos camarades d’études, développez votre présence au sein du réseau des anciens. Profitez de cette offre spéciale, cliquez sur le lien ci-dessous et abonnez-vous maintenant par carte de crédit ou par chèque.

Marianne Reeb
Directrice clientèle

Je lis le titre je me dis génial : 3 mois offerts, je vais enfin pouvoir (re)tester le produit pour voir son évolution.
A la fin du message j’apprends qu’il faut surement que je paye pour bénéficier de cette offre.

Et bien non ce n’est pas encore maintenant que je vais tester le service pro. Il faudra que j’invite 8 personnes pour bénéficié d’un mois gratuit lol !

VIADUC est le plus gros réseau social francophone mais je le trouve complétement inefficace (en version gratuite) de part sa restriction de recherche (qui n’était pas là dans la version béta). Dans sa version gratuite VIADUC ne permet pas de chercher autrement que par le nom, la ville et le domaine des personnes qui composent son réseau. Comment je fais pour découvrir des personnes intéressés par le Web 2.0 (par exemple ;)) sur VIADUC avant d’avoir pu testé la version pro ? Pourquoi ne pas offrir un mois gratuit
pour tout nouvel inscrit ?

De ce côté je préfère largement l’approche de LinkedIN qui permet vraiment de découvrir des profils de types CVs à base de mot clés dès sa version gratuite et qui oriente son business models sur des mises en relations directes sans références sociales et sur les groupes.

Certes VIADUC semble proposer une batterie de services dans sa version pro pour une somme qui reste somme toute modique :4,63 euros par mois (Un règlement de 69,45 euros)

Un autre mail reçu dans la soirée d’Alain Lefbvre rappelle que 6nergies.net n’est pas gratuit. Il propose cependant à chacun de définir le prix qu’il souhaite payer pour le service afin d’obtenir un retour sur investissement personnel intéressant.

Et vous êtes-vous prêt à payer pour un service de mise en relation sociale ? Si oui dans quel mesure ? Si non, exprimez-vous 😉

Technorati Tags: , , , ,

Tags: ,



15 Responses to VIADUC rend-t-il son réseau inaccessible aux nouveaux arrivants ?

  1. Nico says:

    Je suis completement d’accord avec toi.
    Je pense personnellement que le succes de Viaduc est simplement du au succes de LinkedIn et a l’extreme faignantise des francais quand il s’agit de pratiquer l’anglais (voila c’est dit meme si ca ne plaira pas a tout le monde).
    Mais bon les createurs de ces services ont certainement compris qu’il valait mieux gagner le maximum d’argent tant que cela est possible. Car rien ne dit qu’avec les Yahoo, Google et Microsoft en embuscade derriere LinkedIn et consors(leur base utilisateurs peut leur permettre une penetration tres rapide sur cette ligne de services), ils seront toujours la dans un avenir proche.
    De mon cote, des que je recois une invitation Viaduc, j’invite automatiquement la personne a venir plutot sur LinkedIn, d’autant plus que sur Viaduc je me priverais de tous mes contacts ne parlant pas francais.

  2. seb r says:

    je ne suis pas pret a payer pour cela, pour moi viaduc va faire comme copain d avant, qui au debut etait gratuit, a connu un certain engouement puis est passe payant et la….eh bien j’ai arrete d utiliser ce site….je trouve des amis autrement et pour viaduc eh bien ce sera pareil…ils ont pas encore installé le principe dans l’esprit des internautes que deja ils se font hara kiri en le rendant payant…….bad strat to my mind….

  3. Nicolas A says:

    Je dois avouer que je pense un peu la même chose par rapport à Viaduc.

    La fonction recherche est très (trop) limitée dans la version gratuite. J’en viens à préférer LinkedIN bien que le réseau soit Anglophone.
    Personnellement je ne suis pas encore prêt à payer pour ce type de service, 90% de mes relations n’ayant pas encore compris l’intérêt de ce type d’outils.

  4. Albertini says:

    Je suis tout à fait d’accord avec tes remarques, Jeff !
    J’avais constaté ce changement radical de la politique tarifaire de VIADUC à la fin de l’été dernier et notamment les restrictions imposées lors des recherches pour la version gratuite. J’avais signalé que seul Linkedin restait relativement puissant pour les recherches dans sa version gratuite. Assez paradoxalement, Alain Desrousseaux a commencé à faire beaucoup de pub pour Viaduc à ce moment là.

    Peronnellement je trouve que c’est encore moins intéressant que l’AINPG: on paye pour un service que d’autres peuvent rendre gratuitement. Tout ce tapage des Desrousseaux & Althuser permettra de ramener quelques centaines d’INPG sur Viaduc qui ne resteront pas longtemps à mon avis pour la plupart quand ils verront que ça coùte cher pour pouvoir l’utiliser.

    Viaduc reste cependant intéressant pour les consultants et les personnes qui font du commerce de proximité, car son gros plus par rapport à Linkedin est qu’il fait (quand on paye…) une recherche locale (dans le département) plus efficace que celle de Linkedin (limitée au pays, sauf aux USA).

    Amicalement,

    Jean-Baptiste

  5. Du gratuit, toujours du gratuit !
    Ils sont sympa ces jeunes, ils veulent tout, pour rien, et bien sur de qualité.

    Par contre, comme ils ont eux-aussi un loyer à payer, un ventre à remplir, un cerveau à distraire, et un portable à utiliser, ils ne s’appliquent pas à eux-mêmes le même raisonnement.

    Jean-François, ne me fais pas croire que tu travaillerais gratuitement !

    Toute peine mérite salaire, le tien, comme celui des employés de Viaduc. Il ne faut donc pas rechercher la gratuité à tout prix, elle n’engendre bien souvent que des modèles peu viables ou minimalistes.

    Alors non, je ne suis pas prêt à payer Viaduc ou 6nergies pour retrouver d’autres potes qui jouent de la guitare. Mais je suis prêt bien entendu à payer pour un contact professionnel qui m’apportera un job ou un contrat ! Ca me semble évident. Et je suis même prêt à payer pour trouver la femme de ma vie, à en croire le nombre d’abonnés payants à Meetic !

    Un réseau social gratuit ne restera qu’un réseau de bas niveau. Un réseau social professionnel peut être payant. Mais ses abonnés jugeront sur pièce (4,95 euros / mois c’est quand même pas grand chose… le cinquieme de ton forfait de portable ?). Si le service n’est pas au rendez-vous, Viaduc, 6nergies et les autres verront leurs abonnés s’enfuir rapidement. Les plus professionnels des réseaux sociaux survivront.

  6. A relire les commentaires et en particulier celui de Seb, je pense que Viaduc, comme les autres réseaux français, cherche à écarter ceux qui viennent « pour se faire des potes ». Je pense qu’ils veulent acquérir une image professionnelle, et que le paiement d’un modeste abonnement permet d’arriver à cette fin.
    Pour les potes il y a MySpace, pour les pros il y a LinkedIn et Viaduc.

    Ceci dit, quelqu’un a-t-il déjà obtenu quelque chose de concret de son réseau social ? J’aimerais lire vos expériences.

  7. Philippe,

    Mes premiers résultats concrets a été d’obtenir des contacts qualifiés par la présentation de mes activités sur 6nergies (la présentation vidéo réalisée par Alain Lefebvre, lors de la soirée, qu’il a organisé en mars 2006, étant un plus et un vecteur de communication pour qualifier les personnes intéressées et d’échanger des propos, fondés sur les intérêts communs que nous pouvons avoir) et les échanges numériques et dans la vie réelle avec les personnes qui peuvent aider mon développement et celui de mes clients, prospects et partenaires (en effet, je suis souvent amené à mutualiser des opportunités et des missions de conseil stratégique et opérationnel avec des tiers, pour répondre aux réels besoins de mes clients, prospects et partenaires).

    J’ai des relations suivies maintenant avec des partenaires issus de ce réseau social, que je trouve très pertinent… Je vous invite d’ailleurs, à lire le livre d’Alain, comme aux lecteurs de ce blog, pour bien comprendre les enjeux et la manière de mettre en oeuvre ses relations numériques et de valoriser son identité numérique, ce que je fais en ce moment, en regardant le résultat que les différents messages laissés sur la toile ont généré.

    Je vous invite d’ailleurs à faire régulièrement cette expérience de voir votre nom dans les moteurs de recherche et de percevoir l’impact de votre communication, les éléments qui font ressortir, ce que je pourrais appeler, un discours ou propos cohérent sur les thèmes que vous abordez.

    Je n’ai pas encore de nouveaux clients, Alain Lefebvre, disant dans son ouvrage d’être patient car une identité numérique se construit pas à pas, comme dans la réalité de notre vie quotidienne et professionnelle se bâtit une affaire.

    Par contre, j’ai eu une très mauvaise expérience avec Viaduc.

    En un an, mon réseau de contact est passé de 0 contacts directs à une cinquante de contacts directs en six mois et 20 000 contacts indirects puis 6 mois après, à 76 contacts directs et 320 000 contacts indirects… ce qui a eu pour conséquence d’avoir mon compte supprimé… 8 fois, sans aucune justification à mes yeux… à part, peut être de savoir trop bien exploité un outil de networking.

    De plus, Thierry Lunati a eu l' »heureuse idée » de me retirer l’administration du hub que j’avais créé,  » Création et Innovation », pour se mettre administrateur de celui-ci, sans me demander mon avis.
    Ce hub de plus de 300 personnes membres inscrites sur ce hub, et intéressées par les échanges et l’animation que j’essayais de bâtir, ont certainement dù être surpris de mon éviction (vous trouverez certainement une réflexion à ce sujet d’un des membres qui demande où je suis passé).

    Cela ne vous empêche pas de trouver des informations sur Viaduc, alors que mon compte est supprimé et que l’on m’a arbitrairement refusé l’accès à un outil que j’utilisais chaque jour pour échanger, partager et promouvoir mes affaires (mais mon utilisation de Viaduc, semblait aux yeux des responsables de ce réseau, qui n’ont jamais daigné répondre à mes messages de demande d’explication, peut être trop excessive.

    En tout cas, je ne suis pas sùr que cela jouera en leur faveur, les internautes se feront une opinion personnelle, fondée sur leur expérience.

    Je déplore sincèrement que les responsables de Viaduc n’ait jamains pris la peine de respecter l’un de leurs membres.

    Suis-je seul dans ce cas, je ne le sais pas ?

    Mais, je ne fais plus de publicité pour ce réseau.

    Cette expérience ne m’empêche pas d’utiliser les réseaux sociaux, car je pense qu’ils sont un excellent support de mise en relation professionnel.

    L’avenir nous prouvera ceux qui seront pérennes et professionnels.

    Les usages sur les échanges numériques et l’identité numérique professionnelle me semble particulièrement intéressant, car les enjeux, impacts et conséquences sont un parfait exemple d’étude sociologique, economique et professionnelle à étudier.

    Je pense que de nouvelles façons de faire des affaires, d’entrer en relation avec des partenaires va générer de nouvelles organisations et activités.

    Serez-vous, Chère lectrice et cher lecteur, prêt à exploiter toutes les potentialités des réseaux sociaux ?

    Je vous le souhaite.

    Et vous, quelle expérience en tirez-vous ?

    Quel souhait voudriez-vous faire pour utiliser les réseaux sociaux, si vous ne les utilisez pas encore et que vous n’avez pas perçu tout l’intérêt de ce nouveau média ?

    Daniel Maniscalco

    Par contre

  8. Nico : Il est clair que le marcher de la mise en relation professionnelle et personnelle est un marché de plus en plus convoité. Quand on voit des myspaces à plus de 80 millions d’abonnés et des services francophones adaptés bientôt, on peut se dire que la concurrence sera rude.

    seb r : Pour le Hara Kiri c’est un peu le sens de mon post. Je pense qu’il ne faut pas couper les services gratuits que l’on propose en version Beta mais plutôt travailler sur les plans premiums. En bloquant son moteur de recherche, viaduc limite les mises en relations avec son réseau.
    Quand je disais que je n’étais pas d’accord avec leur politique commerciale, c’est qu’il n’est pas possible d’évaluer l’offre de services gratuitement. Je pense qu’il y a des stratégies alternatives dans l’expansion du réseau.

    Nicolas A : Effectivement la fonction de recherche de LinkedIN est très sympa. La taille du réseau est très intéressante également. En ce qui concerne l´intérêt de ces genres de plateformes, c’est vrai qu’il y a encore du chemin à faire.

    Albertini : Je pense en effet que pour travailler sur le réseau business français, viaduc est une plateforme inévitable.

    Philippe NIEUWBOURG :
    Salut Philippe.
    Si le business de Viaduc est la mise en relation, ils n’ont pas intérêts à faire du « tout gratuit » évidemment. Cependant je crois qu’ils auraient intérêts à donner une plus grande visibilité de ses adhérents à ses visiteurs.
    Comme tu le fais remarquer, il y a des mises en relations pour lesquels ont est prêt à payer et d’autres non. Meetic ferait bien de se mettre au 2.0 car sinon ils vont se faire souffler par les myspaces francophones…
    « Les plus professionnels des réseaux sociaux survivront. » Ca veut dire quoi professionnels ?
    Le but de ces réseaux est bien d’étendre la circonférence sociale d’un individu et de lui permettre de manager ses interactions sociales en ligne. Pour moi ceux qui survivront seront ceux qui auront réellement su crées des synergies entres leurs membres.

    Daniel Maniscalco :
    Woaw une jolie success story 😉

    « Les usages sur les échanges numériques et l´identité numérique professionnelle me semble particulièrement intéressant, car les enjeux, impacts et conséquences sont un parfait exemple d´étude sociologique, economique et professionnelle à étudier. »
    Pour moi il est clair qu’il s’agit d’enjeux majeurs qui dessineront de nouvelles collaborations internationales.

  9. seb r says:

    Philippe NIEUWBOURG: desole je ne suis pas si jeune, je travaille et j’ai aussi en effet un loyer a payer + les impots, les transports , la bouffe etc etc mais bon quitte a payer ern payant soit on le fait au debut directement soit on laisse plus de libertes dans la recherche, le tout gratuitement, le temps que viaduc nous ait au moins apporté quelque chose.
    Pour ma part utilisateur de LI, V et 6N, je dois dire qu’aucun de ces 3 reseau ne m’a apporté grand chose pour l’instant, et je ne cherche pas des AMIS sur ces reseaux, merci mais pour cela je suis assez doue dans la vraie vie, non je cherche des contacts professionnels, en fait moi je m en sers comme d’un parachute de secours pour le cas ou je quitte mon taf, ou je suis vire..et donc dans ces cas la, je pourrai utiliser les contacts que je m’etais fait par mon profil…
    mais en attendant je travaille et j avoue que je ne joue pas a fond la cate de ces sites tant que je n en ai pas besoin..d ou mon refus de payer peut etre actuellement..

  10. Nicolas says:

    Pour ma part, j’ai commencé à utiliser viaduc avant qu’il ne devienne payant et pour une raison particulière: créer mon réseau, rencontrer des gens de mon secteur afin de trouver du travail, mais cela de facon très « locale » voire « régionale ». Je trouvais le système sympa et relativement efficace pour rencontrer facilement et rapidement les gens. J’aurais même dit que ce site méritait d’être « d’utilité publique » pour ce service. Mais payer pour cela… non, surtout que je trouve le site d’une ergonomie plus que discutable, ne parlons meme pas du systeme de hub, digne des forums des années 90.
    Mais je comprends que pour des personnes qui cherchent à faire du business, ce peut etre un outil efficace et qu’il vaille le coùt « modeste » pour ce service mais pour moi qui ne cherche que des contacts ponctuellement ou pour passer quelques barrières, assurément non.

  11. nlx says:

    Personellement je pense que l’urgence devrait être pour Viaduc et les autres de D’ABORD acquerir une bases d’utilisateurs bien plus large, quitte à être gratuits, ou presque. Dans mon domaine, l’idée est séduisante mais franchement je ne trouve personne sur ses réseaux, en tout cas… pas en france ! Pour pouvoir faire des recherches pointues il faudrait que les utilsateurs soient TRES nombreux, que tous les pros se sentent plus ou moins obligé d’y être, comme on se sent ‘obligé’ d’avoir un portable pour travailler et c’est la que la bas blaisse : rien ne sert d’avoir un portable si les autres n’en sont pas équipés !

    La tactique de MySpace dans un autre domaine me semble plus judicieuse : ils essayent d’abord d’avoir les utilisateurs, apres ils trouveront bien une idée pour monétiser tout ça. On parle de réseau social, donc ce qui importe ce sont les utilisateurs… et aussi malheureusement leur nombre. Pour le moment ces réseaux contante peut etre des gens qui bossent dans certains domaines tres précis, mais tant que tout le monde n’y est pas, l’interet est – pour moi – limité et donc… non monétisable ! 😉

    Je pense donc que ce n’est pas vraiment une question de tarif : quand Viaduc me sera indispensable je paierais le prix. En attendant, le site risque bien de disparaitre doucement à mes yeux.

  12. Marc says:

    Bonjour,

    Le vrai visage de Viaduc se dessine devant nous.
    Ils viennent de faire une mise à jour de leurs tarifs :
    Abonnement Premium 1 mois: 19,45 euros !

    Les prix me paraissaient correctes et abordables jusque là. Mais ils ont les yeux plus gros que le ventre et à ce tarif totalement prohibitif ils vont se saborder ou ne faire qu’un réseau de hauts dirigeants…
    Quelle déception ….

    Je ne paierais bien-sur jamais ce nouveau prix pour avoir accès à ce « service ».

  13. Noel says:

    A part les commerciaux qui cherchent des prospects pas cher, l’utilité de ces réseaux sociaux ne me parait pas du tout démontrée. Je n’ai pas encore eu vent de success stories massives, pour trouver un job par exemple (certes il y aura toujours l’exception qui confirme la règle). Depuis que je suis sur Viaduc, beaucoup de personnes m’ont contacté pour me vendre leur produit, certains pour me proposer leur candidature… J’ai l’impression que beaucoup de gens sont « vendeurs » (de produits, de services, d’eux même, de quelque chose), mais que finalement, il y très peu d’acheteurs…
    Parfois ça me fait penser aux hoax qu’on recevait il y quelque temps par mail : un genre de « Je vends des cravates et je passe le message à tous mes contacts ».
    Pourtant je crois dans cette solution, mais mon expérience est jusque là plutôt déceptive.

  14. Christophe says:

    Je confirme que la politique commerciale de Viaduc est pour le moins étrange : ayant été abonné durant 3 mois j’ai reçu un email quelques jours avant la fin de mon abonnement me proposant 3 mois gratuits pour un nouvel engagement de 12 mois.
    3 jours plus tard, je ne disposais plus que de 2 mois gratuits, puis plus aucun le lendemain de la fin de mon abonnement.
    J’ai tenté de contacter le service commercial afin d’obtenir de nouveau l’offre de départ, sans aucun résultat – D’ailleurs, essayez donc de trouver un moindre moyen de les contacter…

    Bref, ça ma fatigué et j’ai ainsi pris la décision de ne pas renouveller l’expérience chez eux, sans compter, comme le souligne Noel, que j’ai eu à faire surtout à des gens qui avaient quelque chose à me vendre…

  15. Pingback: JF Ruiz : Révolution Web 2.0 en Live !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?

Retour en Haut ↑