Vers la création de Bibliothèques Numériques Mondiales

Publié le 20 novembre 2005 | par Jean-François Ruiz

1

La vision de Google sur la Bibliothèque Numérique Mondiale

Google a fait couler beaucoup d’encre sur son projet de numérisation des ouvrages des bibliothèques. Google a en effet passé un accord avec les grandes universités américaines afin de numériser pas moins de 15 millions de livres.

Suite à l’annonce de ce projet fin 2004, la Bibliothèque Nationale Française (BNF) mettais en avant les risques culturels d’un tel projet. Son président Jean-Noël Jeanneney évoquait le problème de l’hégémonie de la culture américaine dans la mesure ou seul du contenu en Anglais (provenant des Etats-Unis) serait accessible dans la base de recherche. Il fut par la suite soutenu par Monsieur Chirac qui est intervenu dans le soutien d’un projet concurrent au niveau européen pour numériser le contenu des bibliothèques européennes et mettre le tout accessible en ligne via un moteur de recherche public.

La France n’as pas été la seule à faire part de ses inquiétudes sur le projet. Google est actuellement visé par de nombreuses associations d’éditeurs dans le monde et certains ont même présenté le projet comme étant " la plus grande violation des droits de copyrights de l’histoire ". Peut-être toute cette mauvaise publicité à été un des facteurs qui a poussé Google à changé le nom de son projet « Google Print » en « Google Book Search ». En tout cas c’est sur que le nom est plus explicite. Depuis le début du programme Google a quand même fait évoluer celui ci pour permettre aux éditeurs de faire inclure leurs livres dans la base de données. Le problème de l’hégémonie américaine résolue ? Peut-être…

Alors finalement qu’en est-il finalement de ce moteur de recherche spécialisé ?

Google Book Search

Pour l’utiliser il suffit de taper le titre du livre que l’on recherche ou n’importe quelle phrase que celui-ci contient. Le moteur présente alors une série de résultats avec la photo de la première page du livre accompagné d´une description. Une fois que l’on clique dessus on accède sur la page permettrant d’en savoir plus sur le livre. On dispose de liens vers les pages de couvertures, la table des matières et le copyright. Google propose également des liens pour acheter le livre.

Ce qu’il y a d’intéressant c’est que l’on peut directement rechercher des mots-clés dans le livre et lire les passages concernés. S’il s´agit d’un livre du domaine publique (Google viens d’en ajouter dans sa base) on peut alors lire le livre entièrement à partir de l’interface proposé par Google. S’il s’agit d’un livre avec copyright on ne peut lire que les 6 pages les plus proches du mot clé entré (3 en avant 3 en arrière). Seulement il est possible de lire le livre entièrement en utilisant l’astuce suivante. Arrivé au terme des 3 pages proposées, il suffit de choisir un passage de quelques mots que l’on extrait de la page pour le mettre dans le moteur de recherche sur le livre. Les résultats alors proposés donne la page que l’on était en train de lire et en cliquant dessus on dispose de 3 nouvelles pages. Il me semble cependant avoir vu une limite à cette technique car Google bloque la lecture au bout d’un certains temps (30 pages environ). Enfin on peut recommencer plus tard sans aucun problème.

Les autres projets

Les projets de numérisation de livres à grande échelle ne sont pas limités à Google et à l’Union Européenne. En effet les autres géants du moteur de recherche ne comptent pas laisser Google seul maître à bord. C’est ainsi que Yahoo et MSN se sont joint au groupe nommé Open Content Alliance (OCA) dont le but est sensiblement le même que celui poursuivi par Google. On devrait donc voir apparaître des services Yahoo Books et MSN Books dans le futur.

Dans le domaine du livre en ligne, il y a aussi un acteur incontournable : Amazon. Il propose dès à présent la fonctionnalité « Chercher au Coeur! ». Cette fonction de recherche serait limitée à une seule page de lecture.

Et les abus de copyright dans tout ça ?

Comme je le disais au début de l’article des procédures judiciaires sont déjà en cours pour « contrer » ce genre de projets. Pour moi, cette évolution vers la Bibliothèque Numérique est inéluctable. Il est important qu’éditeur et lecteur y trouvent leur compte mais je ne pense pas que les éditeurs arriveront à stopper ces projets. Cela me rappelle un peu le débat de la musique en ligne. Il était évident que le MP3 allait révolutionner les méthodes de consommations de la musique en ligne et plutôt que de faire appel à des procédures judiciaires, les maisons de disques auraient mieux fait d’employer leur temps et leur argent à s’adapter. Pour moi ici c’est la même chose. Les éditeurs devront s’adapter ou ils mourront à petit feu.

Et demain ? Quelles évolutions sont à prévoir ?

J’ai lu récemment que Google chercherai des moyens de faire de la location de livres en ligne. Amazon doit également penser à cela. Ainsi il deviendra possible de louer un livre sur Internet comme on le ferait à sa bibliothèque locale. Fini les problèmes de disponibilités des livres et vive la sauvegarde de nos forêts. Je vois aussi cela comme une grande opportunité pour les géants de la recherche pour se positionner comme éditeurs de livres numériques. En effet cela ne m’étonnerai pas que Google fasse un lien entre sa « Google Bank » (aka « Google Wallet ») en cours de développement et son programme d’insertion de livres pour les éditeurs. Ainsi, les auteurs numériques pourront mettre à disposition leurs contenus dans la base de données de Google et tirer une contrepartie financière des locations de lectures de ces contenus.

Mise à jour :
En fait c’est pas demain que ca commencera cette histoire de publication numérique car Amazon propose déjà cela depuis aout dernier. Amazon Shorts permet de vendre ses contenus au format numérique uniquement et ceci dès maintenant. Plus d’informations.

Tags:



One Response to Vers la création de Bibliothèques Numériques Mondiales

  1. Pingback: » 7 principes marketing selon Google JF Ruiz : La révolution web 2.0 en live !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?

Retour en Haut ↑