Interview de Cédric Giorgi : Responsable Marketing de Goojet

Publié le 5 juin 2008 | par Jean-François Ruiz

3

Bonjour Cédric,
Pourrais-tu te présenter en quelques lignes ?
Cedric-Giorgi 
Bonjour Jeff, je m’appelle donc Cédric Giorgi et je travaille pour un projet nommé Goojet. Si je m’occupe principalement de marketing, le fait d’avoir rejoint les deux co-fondateurs au tout début de l’aventure me permet d’avoir une vision et un action globale sur le projet (partenariats, investisseurs, stratégie etc…). Avant de rejoindre Goojet, je me suis occupé du lancement de Vente-du-diable.com, marque de la société Pckado. Avant cela, j’ai des expériences techniques chez Airbus et Giesecke et Devrient (cartes a puce), puisque je possède un diplôme d’ingénieur en plus d’un mastère spécialisé en marketing et communication.

Je blogue depuis 3 ans sur www.cedricgiorgi.com sur des thématiques liées aux nouvelles tendances du web et du mobile, au marketing et à l’international. C’est d’ailleurs via mon blog que j’ai pu me créer un joli réseau (et que j’ai trouvé ma position chez Goojet).

Je suis intervenant en écoles de commerce et d’ingénieur aussi à mes temps perdus ;), ainsi que co-initiateur de rencontres sur Toulouse comme Blog sur Garonne, ou Déjeuner sur Web.

Ah, et plus tard je veux être entrepreneur social !

Goojet c’est quoi ?

Goojet c’est une solution qui permet à l’utiliateur de décrouvrir, sélectionner, créer et partager des services et du contenu web, à base de widgets qui sont accessibles sur web et pc. Du côté du pc, un portail web sur www.goojet.com qui permet la configuration de l’espace par sélection, création, découverte et partage de services web, ainsi que son utilisation. Du côté du mobile, une application en java qui donne accès à l’espace Goojet configuré (l’appli est supportée par plus de 300 téléphones, et d’autres versions spécifiques, comme pour l’iphone sont à venir) Plusieurs centaines de services sont disponibles et sont de plusieurs sortes : sites mobiles, widgets applicatifs, services de télécommunications etc… Le coeur de Goojet réside dans la partie sociale et évènementielle : notifications de messages, de nouveaux goojets, de goojets envoyés par les amis etc… Goojet c’est " Move your web ", c’est à dire du pc vers le mobile, mais aussi de mon utilisation perso vers une utilisation à plusieurs. 

Comment utilises tu à titre perso Goojet ?

Nous sortons en ce moment même de notre beta privé avec une nouvelle version en public donc les usages évoluent sans cesse mais ceux que je préfère pour une utilisation pratique perso sont par exemple : la consultation des stations Velib avec velos ou places disponibles (valable aussi pour Velo’Toulouse, Velo’v et d’autres), la sauvegarde d’itineraires, d’adresses lorsque je suis en déplacement. Et ensuite, sur des moments d’attente, j’aime bien avoir quelques news à lire, quelques sites mobiles sympas à visiter, ou même une webcam à surveiller (celle des locaux toulousains de Goojet par exemple). 

Et je travaille à motiver mon amie pour que nous partagions nos liste de tâches, liste de courses via Goojet, mais elle a peur que du coup je lui demande plein de trucs. Mais ceci est une autre histoire…

Vous sortez ce soir en version publique. Peux-tu nous faire un rapide historique du chemin parcouru jusque là ?

Comme je le disais juste avant, nous venons de lancer aujourd’hui même la nouvelle version de Goojet avec ouverture publique. C’est près de 1 an et demi après le début de l’histoire qui eut lieu fin 2006 entre les deux co-fondateurs, entrepreneurs expérimentés Marc Rougier et Ludovic Le Moan. Ce sont eux qui ont travaillé sur l’idée et qui début 2007, ont commencé à travailler le projet, le développement pouvait commencer, grâce à des ingénieurs de l’ancienne société de Ludovic (Anyware Technology, revendu a Wavecom début 2008). C’est à ce moment là que j’ai rejoint les deux co-fondateurs pour commencer à monter une équipe. Tout est allé ensuite très vite, puisque fin 2007 nous étions 15 et lancions la beta-privée à l’occasion de la conférence Le Web 3, qui vu d’aujourd’hui était plus une démo qu’une réelle première version. Mais nous avons quand même obtenus quelques reconnaissances du marché comme le prix de la meilleure start-up à Le Web 3 et d’autres. C’est fin 2007 que nous avons aussi annoncé notre levée de fonds, tour d’amorçage de 2,3 millions d’euros auprès de fonds d’investissement expérimentés que sont Partech International, Elaia Partners et IRDI-ICSO (nous avons aussi des business angels au board). Depuis lors, nous travaillons sur cette beta publique dont beaucoup des avancés ont été possibles grâce au feedbacks des premiers utilisateurs. Et la voici donc aujourd’hui, pour notre plus grande excitation comme on peut l’imaginer.

Avec qui travailles-tu au quotidien dans cette aventure ?

Il faut d’abord préciser que nous sommes bi-localisés entre Paris et Toulouse. Le développement se fait avec le soleil toulousain et le marketing avec le speed parisien, nous sommes ainsi près de 20 personnes travaillant sur le projet. A noter qu’a côté des fondateurs précédemment cités (Marc est Président, Ludovic COO) nous avons deux autres personnes de haute expérience qui nous ont rejoint : Guillaume Decugis (précemment COO de Musiwave) est CEO et Sylvain Wallez (ancien VP de la fondation Apache) est notre CTO. L’équipe se compose ensuite de personnes passionées par l’aventure, spécialisés soit dans le mobile, soit dans le web.

Quelles sont les prochaines étapes de votre développement ?

La prochaine étape, c’est déjà de voir comment se passe ce lancement et les premiers retours. Il nous faudra ensuite " digérer " tout cela pour être au plus vite encore plus fonctionnel et compréhensible. Le but est en effet d’augmenter très rapidement le nombre d’utilisateurs, et surtout de sortir de la sphère " geeks et early-adopters " pour aller toucher un public beaucoup plus large. Ce sera compliqué, puisque nous voulons aller en direct vers les consommateurs, mais nous bénéficions d’un environnement favorable où les gens commencent à se dire que des choses sont possibles (on profite de l’effet iphone, de zaoza etc…). Outre le marketing direct, les partenariats, je crois aussi beaucoup au travail sur le marketing viral mobile. Je vous invite d’ailleurs à regarder ma présentation à ce sujet sur Slideshare.

Prochaines étapes aussi, le lancement
dans plusieurs langues et pays (à date de lancement nous sommes en anglais et français), à commencer par des pays européens, et ensuite…  

Il va sans dire aussi que nous allons régulièrement augmenter les goojets, ainsi que les fonctionalités générales du service.

En dehors de Goojet, quels sont les services mobiles que tu utilises ?

Normalement c’est là qu’il faudrait que j’explique que je n’utilise que Goojet, mais ce serait faux. Même si Goojet permet maintenant d’accèder à n’importe quel site mobile, il y a des services qui se suffisent a eux mêmes : les applications google mobile sont très pratiques je trouve (google maps notamment), ainsi que, pour des téléphones wifi, les applications d’appel VOIP (Fring par exemple). J’ai aussi utilisé des services de synchronisation d’agenda ou de carnet d’adresses, mais ce genre de fontions est dans la roadmap de Goojet.

Selon toi, qu’est ce que va changer la pénétration de l’internet mobile dans les usages de communication des français ?

Whaou, en voilà une bonne question pour finir cette interview ! Si je veux faire dans le discours facile, je vais dire que le web mobile a un potentiel de pénétration plus important que sur le web, que c’est l’avenir du marketing blablabla…

Mais, la vérité, selon moi, c’est que le mobile (dans son ensemble, pas uniquement le web mobile) est un nouveau média, qui va cannibaliser une certaine partie des medias précédents (on le voit avec la télé, la musique ou maintenant l’internet) mais que la vraie réussite sera dans la convergence et dans le 360° entre tous les médias.

Le mobile est certainement le media le plus puissant par ses fonctionalités intrinseques (personnel, toujours allumé, toujours présent) donc il va permettree de grandes possbilites d’interaction avec la vie de tous les jours. Le web mobile étant une partie de l’ensemble des fonctionalités du téléphone, et devant intéragir avec (et en cela il est différent du web sur pc).

Ce que ça va changer donc, c’est une rapidité d’accès ou de diffusion d’une information grâce au mobile, ce qui peut changer beaucoup de choses, aussi dans notre façon de consommer…

Merci Cédric et bonne continuation dans cette aventure. On se fera un plaisir de tester en détails Goojet pour le blog Mobile 2.0 (dès qu’on trouve un peu de temps ;))

Tags: , ,



3 Responses to Interview de Cédric Giorgi : Responsable Marketing de Goojet

  1. Cedric says:

    Encore merci Jeff pour ton intérêt et cette opportunité d’interview !

  2. mingmar says:

    Le Hic (et il y en a toujours un) c´est l´ergonomie et la pensée du site. Directement à notre arrivée sur le site on nous demande de nous inscrire avant même de savoir ce que c´est. Donc bon, moi je veux bien m´inscrire mais faudrait il d´abord que je sache à quoi ca sert. Je pense juste que le " logiciel " n´est conçu que d´une vision de développeur et non d´un point de vue utilisateur.

  3. Cedric says:

    Pour essayer Goojet sur le web sans s’inscrire, c’est possible, et c’est par là :
    http://www.goojet.com/fr/anonymous.html

    Pour ce qui est de la vision de developpeur et non pas d’utilisateur, c’est vrai que nous avons encore des améliorations à faire pour rendre le service plus grand public, mais nous y travaillons activement 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?

Retour en Haut ↑