Hypersociabilité de l´internaute 2.0

Publié le 24 septembre 2007 | par Jean-François Ruiz

5

Dinner Party
Un individu social est un individu qui interagit, communique, échange et se développe au contact d´autres individus. La sociabilité des êtres humains est indispensable à leurs développements et le sens social est également moteur de nos sociétés modernes. Dans l´article précédent nous avons vu qu´un individu hyperconnecté est amené à devenir un pilier de la communication au sein de sa communauté.  Cet individu en vient donc à brasser de nombreuses informations et à interagir avec d´autres personnes au-delà de ses limites physiques dans l´espace numérique qu´est l´Internet.
Au fur et à mesure des échanges cette personne sera amenée à rencontrer les personnes de visu. Cette rencontre physique est alors un prolongement naturel des échanges construits sur la toile.

Pourquoi utiliser ce terme d´hypersociabilité ?
Tout simplement car la sociabilité de l´individu peut devenir très largement supérieure à ce que nos limites physiques et temporelles nous permettent de nous développer.  Imaginez un blogueur disposant d´une audience de plus d´un millier de personnes qui parle d´une chose. Il envoi un message communicatif et social à l´ensemble de ses abonnés.  Imaginez si il devait communiquer ce même message à plusieurs milliers de personnes à chaque fois en communiquant ce message indivuellement à chacune de ces personnes… 

Vous allez me dire que nous avions déjà dépassé nos limites physiques de communication avec l’invention des signaux de Morse ou, au plus tard, avec l’apparition du téléphone. En effet, ce qui est nouveau aujourd’hui est la multiplication et la structuration des informations (avec l’utilisation du RSS par exemple).
rss 
Vous pouvez aujourd’hui adresser la même information à un groupe de destinataires simultanément, plus vraiment besoin d’envoyer vos informations à tous, mais simplement en la mettant à disposition de manière structurée, vos destinataires viendront la consommer.

L´internaute 2.0 est alors quelqu´un qui diffuse au-delà de ses limites physiques de manière publique et décentralisé (publication à plusieurs endroits/services sur le web). Cette diffusion de contenus et d´information en tout genre, l´emmène à se connecter avec d´autres personnes partageant les mêmes réflexions et centres d´intérêts afin d´avoir un échange social enrichissant.

Cette nouvelle sociabilité nous emmène à de nouveaux enjeux de la gestion de sa présence, de sa communication sur le réseau des réseaux. Aujourd´hui plus que jamais nous avons la possibilité de repousser les limites sociales de notre existence à un niveau que l´on sous estime encore. Cependant, cela ne signifie pas pour autant que les individus auront moins de " relations sociales " dans la vie physique. Au contraire je pense que l´on devrait voir évoluer les internautes vers le 3ème type d´individus (cf le premier article de la série) à savoir des individus hypersociaux qui savent parfaitement jongler entre relations sociales physiques et " virtuelles ". Les personnes se servent de plus en plus d´Internet qui en devient omniprésent (" always on " = tout le temps connecté). Il représente alors le moyen de prolonger leurs interactions sociales physiques dans un espace dématérialisé planétaire. Cet espace permet à de plus en plus de personnes d´établir des liens nouveaux avec des personnes partageant les mêmes centres d´intérêts que soi.
internaute2.0

Pour conclure l’internaute 2.0 est un individu hypersocial mais encore très immature dans l’exploitation de ce nouvel espace de communication que représente l’internet. Il doit apprendre à gérer son identité numérique à la faire mùrir en même temps qu’il évolue au contact des autres.
J´aimerai terminer cet article en faisant le point sur l´état actuel de votre " sociabilité numérique ". Voici donc quelques questions pour vous…

Combien de personnes avez-vous aujourd´hui dans votre carnet d´adresse ? (prendre le nombre de mails annoncés par sa messagerie web).

Combien en “côtoyez-vous” de manière régulière ? (1 “chat” minimum tous les mois)

Combien de numéros de téléphone avez-vous dans votre téléphone portable ?

Combien de contacts MSN, Yahoo, Skype avez-vous ?

Combien de lecteurs sont abonnés à vos contenus ?

Articles de la même série :
L’internaute 2.0 est-il un être social ?
L’internaute 2.0 est hypervisible
L’Hypervisibilité amène l’hyperconnectivité
Comment améliorer sa connectivité sur Internet ?

Tags:



5 Responses to Hypersociabilité de l´internaute 2.0

  1. shyboy says:

    Que ce soit sur internet ou ailleurs , l’enfer c’est les autres..

    Tu as validé ta thèse en sociologie numérique?

    Sinon, sympa ton système de sondage (jy ai pas répondu), vraiment super bien intégré au billet c’est de toi? ou c’est un plugin?

    cdlt

  2. stephane says:

    Excellent article. Bravo JF. Ca faisait un moment que je n’étais pas venu, mouvement de favoris ou manque de temps, je ne peux pas t’expliquer le phénomène… Quoiqu’il en soit je suis ravide repasser par là, et lire tes articles bon pied bon oeil (1+1 = Web 2.0) !!! L’interaction de deux individus isolés avant, peut prendre des proportions illimités depuis que le web 2.0 se mêle de tout. Parfait, non ?

  3. Pingback: La sociable sociabilité du web 2.0 : Djablog

  4. djaphil says:

    Bonjour,
    Ton article m’a intéressé et m’a même conduit à rédiger un billet sur mon propre blog.
    Cependant, j’ai tendance à défendre une thèse tout autre. Je ne suis pas sùr qu’on puisse parler d’hypersociabilité quand on se regroupe autour d’intérêt commun, quand on recherche des gens qui ont les mêmes valeurs, quand on recherche des doubles de soi…
    Il faut sinon comprendre la sociabilité dans un sens relativement médiocre (au sens premier).
    Cet article est en tous cas intéressant puisqu’il suscite des réflexions.

  5. Pingback: Surveiller votre marque sur Internet et étude des comportements des jeunes face aux médias » Révolution Web 2.0 en Live !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?

Retour en Haut ↑