Google Android, ou comment le géant du web débarque dans vos mobiles

Publié le 19 novembre 2007 | par Jean-François Ruiz

5

Google a récemment initié l’OpenHandset Alliance, consortium de 34 entreprises à l’heure où cet article est écrit, dont le but est de développer des standards libres pour les appareils mobiles.

Alors que des rumeurs concernant un éventuel G-Phone allaient bon train, une annonce a été faite concernant le développement d’un futur système d’exploitation, répondant au doux nom d’Android. Celui-ci devrait arriver vers la fin du premier semestre 2008. Google va donc proposer une plate forme logicielle ouverte (et gratuite) pour mobiles aux constructeurs. Celle-ci sera-t-elle capable de rivaliser avec les concurrentes (IPhone, Symbian, Windows Mobile, BlackBerry) présentes sur le marché ?

  • Le SDK d’Android

Ce lundi, Google a officiellement lancé lundi le SDK (Software Development Kit) de ce système, permettant ainsi à tout le monde de venir l’enrichir de ses propres applications. Pour le coup, la réponse ne se situe pas que dans les locaux de Mountain View puisque tout un chacun (pourvu toutefois de solides connaissances JAVA) a la possibilité d’apporter son application et ainsi l’amélioration de l’ensemble. En plus de la page principale d’Android, qui contient une FAQ assez dense, un groupe et un blog Google ont été créés pour les développeurs.

  • Comment Google dynamise la communauté

Un challenge en deux phases (une avant la sortie d’Android, l’autre après) lancé par Google récompensera les 50 meilleures applications, où un pactole d’un total de 10 millions de dollars sera distribué dans des prix allant de 25000 à 275000 $. Des récompenses inhabituelles dans le monde communautaire et également de la part de Google qui montrent la volonté du géant Californien de booster les contributions, voire même de pénétrer vite et fort sur le marché, avec le poncif désormais très Web 2.0 du « boost viral » en période bêta avant le lancement définitif.

Voici une démo officielle :

  • Les possibilités offertes par le kit de développement (SDK) :

Le kit est à télécharger depuis cette page. Divers environnements de développement sont suggérés, avec la fourniture d’un plug-in pour Eclipse (Environnement de Développement Intégré open source très utilisé). Le kit contient plusieurs ‘samples’, dont une démonstration permettant de se familiariser avec les méthodes pour exploiter les différentes APIs, mais aussi deux applications concrètes. L’architecture d’Android et ses différentes couches ont été rendues publiques par Google.

  • La sauce web 2.0 et sociale inévitable d’Android

La possibilité de créer soi-même ses propres applications/extensions et aussi (surtout 🙂 ) de bénéficier de celles qui seront créées par la communauté d’utilisateurs rendra à coup sùr l’utilisation plus conviviale et personnalisable. Cette approche pourrait se rapprocher de ce qui se fait à l’heure actuelle avec Mozilla Firefox. A l’aide de l’émulateur fourni avec le SDK, nous avons déjà un léger aperçu de ce qu’il sera possible de faire avec Android. On peut penser que la convergence et la centralisation des diverses informations disponibles dans les différents services Google (contacts exploitables sous Gmail, Gmaps, les évènements avec Gcalendar, les flux RSS avec Greader, Picasa, Notes, IGoogle … ) sera acquise.

Gageons également que le mobile deviendra peu à peu une vraie alternative au PC pour aller sur internet avec des services de plus en plus mobiles. Une des choses les plus contraignantes avec un mobile est de devoir considérer les données étant dessus comme prisonnières de cet environnement et que chaque évolution ne soit pas centralisée, ni répercuté sur d’autres lieux de stockage personnels des données. De plus en plus de constructeurs proposent des outils permettant de synchroniser les données avec le PC, et par là même de visualiser, modifier contacts, sms, évènements du calendrier, favoris, tâches et autres informations. Nous pouvons citer par exemple la plate-forme Windows mobile, la synchronisation des divers éléments avec le PC de l’utilisateur et la possibilité de propager cela grâce à un serveur Exchange. Une gestion optimisée et avancée des contacts est apparue très récemment sous Gmail et si avant les groupes d’adresses email n’étaient qu’une fonctionnalité permettant de gagner du temps, on peut penser que les possibilités pourraient désormais être étendues à celle d’un groupe sous Facebook.

Mais ce serait sous-estimer Google que de ne pas imaginer que les acquisitions dans le domaine du ‘micro-blogging’ et du social networking (je pense notamment à Jaiku et DodgeBall) ne vont pas donner des petits sous Android, notamment avec des capacités de communication enrichies par rapport aux sms, et la possibilité d’être (automatiquement ?) localisé géographiquement.

Le réseau social apparait alors en tant que support (et non comme domaine à part entière, ce qu’il ne se destine pas à rester selon un article), ayant à sa disposition suffisamment de données pour imaginer les croisements les plus fous :
– Exemple 1 : je passe dans telle ville à l’occasion et mon téléphone me prévient qu’à moins de 20m de moi se trouve un ancien camarade de promo, qui désormais travaille chez l’entreprise machin et qu’il organise une soirée demain soir, mon téléphone me propose donc de lui envoyer un message instantané et m’affiche la photo de son profil.
– Exemple 2 : je consulte mon trajet sous Google Maps, en disant que je souhaite aller chez tel ami (le trajet se fait donc automatiquement, puisque l’adresse de mon ami est enregistrée), et le lendemain matin, Gmaps ‘option Météo’ me prévient qu’il va pleuvoir chez mon ami (avec éventuellement une publicité pour le marchand de parapluies sur le chemin)

Le téléphone mobile va devenir un moyen important d’accès au web dans les années à venir, Google voit donc juste en prenant les devants sur ce domaine, et en lançant des initiatives ouvertes pour exploiter les nouvelles possibilités offertes par ces terminaux. Le terminal mobile contient ainsi les données et les outils pour devenir le support du réseau social de l’utilisateur, véritable répertoire de services (avec, toujours disponible, la possibilité de téléphoner 🙂 ).

Si les outils pour mobiles vous intéressent, n’hésitez pas à jeter un oeil sur le blog mobile de webdeux.info, dont c’est la spécialité. Deux blogs spécialisés viennent par ailleurs d’ouvrir et permettent de suivre toute l’actu d’Android, le premier est AndroidFrance et le second Android After All (tenu par deux ingénieurs de l’ECE).

Tags:



5 Responses to Google Android, ou comment le géant du web débarque dans vos mobiles

  1. Guillaume says:

    Excellent article Timothée et bienvenue dans l’équipe webdeux.info 😉

  2. Ulrich says:

    Merci pour le clin d’oeil ! 😉

  3. loick says:

    Beau post.
    Je me permet de rajouter http://www.pointgphone.com à la liste des blogs francophones qui traitent d’Android.

  4. Timothée says:

    Merci à vous et avec plaisir pour les liens. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?

Retour en Haut ↑