7 principes marketing 2.0 selon Google

Publié le 9 mars 2006 | par Jean-François Ruiz

13

" Results must be trackable " : Les résultats doivent être traçables.
Google semble avoir une obsession pour le tracking de ce que font ses utilisateurs en ligne. Le rachat de Urchin et de MeasureMap (outils de statistiques orienté blogs) sont des constatations du grand intérêt de Google en ce sens. La connaissance de ces statistiques est vitale pour l´amélioration des résultats financiers de Google et de ses partenaires. Le fait d´offrir des outils statistiques permet à ses clients de mieux gérer leurs dépenses marketing sur Google et ainsi d´améliorer la pertinence du système publicitaire global de Google.

" Data. Not Hype " : Données, pas buzz temporaire.
Je pense que Google fait ici une référence à sa politique de jugement des sites webs qu´il indexe. Les conseillers en référencement disent souvent que le " contenu est roi ". L´information est la nourriture de Google, plus on lui en donne, plus il aime ça et vous rend la pareille avec son " google juice " de visiteurs.

" Let others speak for you " : Laisser les autres parler pour vous.
Pour moi il s´agit d´une référence à l´utilisation massive du " marketing viral ". Il s´agit d´un principe où Google excelle. Pour s´en convaincre il suffit de regarder Gmail. Regarde autour de toi combien de personnes ont un compte Gmail alors que le service est en mode " invitation uniquement " (hors US). Un autre exemple serait la communauté Orkut qui compte aujourd´hui 13 982 251 membres. Cela me fait aussi penser à une note interne chez Google qui présentait les règles de communication à ses employés. La première était " tu ne parleras pas de Google, la seconde était " tu ne parleras de Google " 😉 (une référence à Fight Club ?)

" You´re smart and your time matters " : Vous êtes intelligent et votre temps compte.
Je vois ici une référence aux interfaces très light des services Google. Chez Google, pas de chichi et d´informations dans tous les sens. Aller à l´essentiel avec des interfaces pensées pour l´utilisateur est un concept du web 2.0 que Google applique à merveille.

" Big ideas move us " : Les grandes idées nous font bouger.
Google aime se lancer des challenges et croire en des projets qui peuvent sembler fou. Google défini sa mission selon ces termes : " Organize the world´s information and make it universally accessible and useful ". L´information mondiale ça doit faire un paquet de bits à ranger et à rendre exploitable ;). Cela me fait penser au projet de bibliothèque numérique mondiale que Google a lancé (non sans controverses).

" We´re serious. Except when we´re not " : Nous sommes sérieux. A part quand on ne l´est pas.
Les gens trop sérieux ont tendances à être chiant (non ?). Google s´efforce de paraître une entreprise fun et dynamique. Un exemple serait bien le message d´erreur que j´ai relevé dans un précédent post.

" Promote trial " : Faire la promotion des versions de démonstration.
La béta perpetuelle est un concept web 2.0 que Google aime bien. Cela permet de générer du buzz autour de ses nouveaux services, d´avoir des béta testeurs, de faire évoluer le service et ses infrastructures petit à petit. Le dernier exemple de " lancement éphémère " est son service Google Page qui permet à tous de créer une page web à l´aide d´une interface web 2.0 simple.

Voilà mon interprétation des 7 principes marketing qui inspirent Google au quotidien. Et toi comment les comprends-tu ?

Tags:



13 Responses to 7 principes marketing 2.0 selon Google

  1. Pingback: www.tapemoi.com

  2. Pingback: GuiM Weblog

  3. Excellent ce post! Lumineux même. Merci pour ça.

  4. Pingback: OlivierMartineau

  5. Salut e-consultant ?

    Pourrais-tu m’expliquer en quoi tu trouves mon post si excellent (voire lumineux ?)

  6. Pingback: Le weblogue de SeB

  7. Ben salut. Parce que c’est synthétique (y en a pas 10 pages) et que je retrouve vraiment en un post, écrit de façon simple et clair, ce qui est en bordel dans ma tête depuis des mois.
    Voilà.

  8. Pingback: blogmemes.net/fr/

  9. JB Boisseau says:

    Bien vu.
    Ces principes sont simples, clairs, novateurs et ont déjà prouvé leur efficacité chez Google. C’est quand même mieux que la soupe qu’on vend aux MBA HEC, non ?

  10. Oui plutot novateurs. Je pense que la société 37 signals est aussi un maitre dans l’application de ces principes. La prochaine acquisition de Google ?

    Pour ce qui est du MBA HEC, je n’en sais rien, je n’en ai pas fait. Je pense que ce que HEC vend aussi c’est l’appartenance à un réseau professionnel actif reconnu.

  11. caroline says:

    Produit béton vs produit bêta

    Sur le marché des logiciels de moteurs de recherche et de navigation, la compétition est rude. Beaucoup d´éditeurs ont remporté un certain succès en peu de temps, profitant de la vague d´intérêt portée actuellement par les entreprises à la problématique de la recherche.
    Et nous voilà bombardés par des versions bêta s´éternisant au fil des mois et pourtant jamais abouties….
    Alors que nous souhaitions juste être aidés pour accéder plus facilement à LA donnée utile ou recherchée parmi les milliards d´autres contenues sur les réseaux et ordinateurs de l´entreprise, ces versions de logiciel nous distraient parfois sans pourtant résoudre le problème simple que nous nous posons : elles nous laissent au fond de l´impasse..

    A qui la faute ? Nous pensons à l´informatique bien sùr ! Et nous rageons d´impuissance ! Un ordinateur est forcément responsable de nos incompréhensions. Mais pourtant l´informatique, bien que ce soit difficile à admettre, ne fait jamais d´erreurs. Il faudrait croire que ce n´est pas l´ordinateur ou son logiciel de recherche qui ne " comprend " pas ce que nous demandons, c´est sùrement nous qui demandons mal.

    En réalité, l´origine du problème est duale.
    D´un côté, on parle d´outils informatiques " intelligents ", mais que recouvre cette appellation ? Malgré les efforts biotechniques des dernières années, des algorithmes plus puissants, ainsi que de plus amples capacités de mémoire, " Intelligent " n´est pas le bon terme. Le test de Turing reste inviolé http://fr.wikipedia.org/wiki/Test_de_Turing
    De l´autre côté, il y a " nous ". Nous sommes en effet une partie du problème : francophone, nous communiquons en français. Pourquoi alors avons-nous des difficultés à nous comprendre, avec ceux qui parlent notre langue et a fortiori avec ceux qui parlent une autre langue ? La réponse est simple, parce que nous sommes tous différents et que notre façon de nous exprimer nous est propre.

    En parallèle, les éditeurs de logiciels nous fournissent un produit unique et monolithique, constamment mis à jour à un rythme que nous, utilisateurs, avons du mal à suivre. Un logiciel qui ne permet à l´ordinateur de ne parler que la langue 0010, alors que l´utilisateur de ce même ordinateur parle " humain ", soit une langue d´une autre complexité. Comment dès lors leur permettre de communiquer et d´échanger des données ?

    Un moteur de recherche classique, ne résout pas nécessairement l´équation suivante :
    Si X, Y et Z veulent trouver par le biais informatique la même réponse à une question, mais que cette question, selon que je suis X, Y ou Z est posée de façon suivante :
    – X tape" livre "
    – Y tape " devise étrangère anglaise"
    – Z tape" god save the queen money "

    Quel sera le résultat? Gageons qu´aucun d´eux n´obtiendra d´informations sur la " livre sterling ", " monnaie anglaise ", " pays de la reine mère ".

    Existe-t-il une solution au problème posé ?
    Imaginons un logiciel à trois têtes : une pour la recherche structurée, une pour l´indexation linguistique et la dernière pour la recherche sémantique.
    Les trois composantes travailleraient simultanément et délivreraient à l´utilisateur la réponse qu´il cherche, peu importe la façon dont il a exprimé sa requête.
    Alors qu´une version ultragamabêta vous répond, en cas de faute de frappe, " qu´aucune réponse correspondante n´existe ", l´outil nous livrerait la réponse que nous souhaitions.
    Ce logiciel ne nous signalerait pas que nous sommes inaptes à l´orthographe, à l´analyse ou à la logique ou que notre niveau de langage n´est pas le bon : il se baserait sur de nombreux algorithmes et de multiples règles sémantiques et linguistiques pour nous comprendre. Et cette formule n´aurait pas besoin d´être revisitée et remise à la sauce du chef quotidiennement : il aurait intégré que l´unique sauce satisfaisante pour les utilisateurs de l´informatique, c´est la sauce à l´erreur permise.

    Errare Humanum est ! Arrêtons d´accorder notre confiance dans l´imaginaire intelligence des logiciels en versions tests et confions nos faiblesses à celui qui nous comprend. Il sait que nous sommes tous différents. Au lieu de se transformer, il s´adapte à chacune des personnalités des utilisateurs et il fait bien une chose, comprendre notre demande et nous amener jusqu´à la donnée utile.
    Combien de temps devons-nous encore patienter avant qu´un tel outil soit sur le marché ? Une seconde à peine, c´est bien le temps qu´il faut pour accéder au site ci-après : http://www.sinequa.com

  12. Caroline, je trouve tes remarques intéressantes malgré le but commercial de ton message.

    Je ne connais pas Sinequa et ne demandes qu’a le tester. Cependant même si le produit merveilleux que tu présentes est à même de comprendre les hommes, il n’en reste pas moins que ce travail est fait par des machines qui malgré toutes les bonnes volontés humaines auront encore du mal à faire ressortir le signal du bruit de ces 010101010111. En ce sens le message est contradictoire : « Arrêtons d´accorder notre confiance dans l´imaginaire intelligence des logiciels en versions tests et confions nos faiblesses à celui qui nous comprend »

    Tout cela est sans compter la puissance de feu de Google et de son ecosystème. Googler est devenu un verbe est est rentré dans la mentalité de tout un chacun comme un réflexe à la recherche en ligne…

    Quand a ta remarque sur produit Beta Vs Beton. Pour moi Beta signifie « encore en évolution ». Un produit Béton (ou Release) est un produit qui entame son déclin le jour de sa release…

    Bonne continuation à toi dans la promotion de Sinequa.

  13. Pingback: JF Ruiz : Révolution Web 2.0 en Live !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Why ask?

Retour en Haut ↑